Have you played Switch today ?

Publié le par Dr Floyd

Have you played Switch today ?

Tout sort sur Switch, donc ATARI Flashback aussi ! Déjà sorti sur des supports inadaptés (PS4 et XOne) et honteusement séparés en 3 volumes (3 bluray pour des jeux de 8ko à 16ko!!!), les jeux ATARI des années 80 (2600, 5200, Arcade) vont donc déboulé sur la portable de Nintendo.

Grande nouvelle, sur Switch tout sera à priori compilé sur une seule cartouche, 150 jeux, 29 boules. Sortie le 21 décembre ! Si ça se confirme, là c'est sympa et j'achète les yeux fermés... et les acheteurs PS4 et XOne se sont bien fait arnaqués !

Have you played Switch today ?
Have you played Switch today ?

La liste des 150 jeux :

Have you played Switch today ?

Publié dans NEWS

Partager cet article

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Publié le par Brawac

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

La suite?! vraiment ?!! Bon aller d'accoooord. On vous le rappelle, parce que vous n'avez pas de tête : Philippe Ulrich venait tout juste d'intégrer le tout jeune et ambitieux studio d'Emmanuel Viau "ERE informatique".

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Rue de Leningrad , Paris... 8ème arrondissement, au fond à gauche après les arbres. Quelques mois passent, quand, lors d'un froid matin d'octobre, Ulrich, commence à sentir venir la tendinite au moment de débuter la programmation de sa 74ème version/portage de son propre jeu "Panique". Il faut dire qu'a l'époque environ 8,3 nouveaux micro-ordinateurs sortaient chaque jour !

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Ces chiffres sont basés sur un sondage IFOP/SOFRES/SBOUB sur "l'idée que je me fait de la micro informatique de l'époque", tout ce qu'il y a de plus officiel donc !

Revenons à notre tendinite vous voulez bien ? Ne se sentant pas l'âme d'un démiurge....enfin pas encore, Ulrich se dit que ça serait une bonne idée de commencer à rechercher des collaborateurs plein de talents pour l'aider à étoffer un peu le catalogue d'ERE.

Il va alors passer une petite annonce dans "rencontres hot entre programmeurs Magazine" la référence à l'époque, pour enfin ne plus se sentir seul. Le premier à piquer la curiosité de Philippe sera un homme à grosse lunette, pourvu d'un très très gros cigare... Marc André Rampon.

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Mais attention !!! Pour rentrer dans le bureau d'Ulrich il faut d'abord commencer par montrer patte blanche, en proposant un jeu par exemple. Et ça tombe plutôt pas mal, Rampon s'amuse depuis quelques mois à programmer un simulateur de vol très complet avec pas moins de 45 instruments : "Interceptor Cobalt" programmé pour le ZX81 de Sinclair ! 

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

... qui deviendra quelques mois plus tard "Mission Delta" pour la sortie Amstrad CPC, il sera le premier succès d'estime du studio !

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Bon d'accord, c'est pas encore une montagne de fun mais techniquement c'était une prouesse à l'époque. Cette époque justement, où on pouvait croiser au détour d'un bar parisien, un Ulrich, un Rampon ET un Laurent Weil alors directeur de Loriciel, tous 3 musiciens, faire un bœuf endiablé jusqu'au bout de la nuit !

Mission Delta fonctionnera bien, très bien même, à tel point que Rampon se verra catapulté directeur de production chez ERE.

...

Pour faire venir un maximum d'artiste au studio, Ulrich va avoir cette ingénieuse idée de faire passer des annonces dans les manuels de leurs jeux !

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Pas fou le gars, il savait bien que les premiers susceptibles de s'intéresser à la conception de jeux vidéo... bah ça seraient ceux qui y jouent !! Et dès lors, c'est quotidiennement qu'il va recevoir des jeunes talents. En programmation mais aussi en scénario, en illustration, en composition, en graphismes, tout ce dont un studio de développement de jeu vidéo a besoin finalement.

Philippe n'a qu'a choisir parmi ce qui se fait de mieux en France, et tombera sur des perles comme Michel Rho par exemple, illustrateur, à qui l'ont doit bon nombre de jaquettes de jeux.

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II
[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Ou Johan Robson, Alias Arbeit Von Spacekraft, pseudo qu'il utilisera pour écrire son premier jeu, Crash Garrett, un jeu d'aventure textuel situé en pleine seconde guerre mondiale.

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II
[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Plus tard, cet homme sera à la conception d'un jeu qui parlera probablement à plus de monde, Dragon's lore. Stéphanie Picq aussi, fera rapidement son entrée chez ERE informatique, compositeur de talent, entre autre de la merveille qu'est l'OST de DUNE... mais ça, on aura le temps d'y revenir.

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Une des choses les plus importantes chez "ERE", mise en place par Ulrich et qui sera fondamentale pour lui, c'est la notion d'auteur de jeux vidéo, qu'on peut tout à fait mettre en relation avec la "politique des auteurs" dans le cinéma des années 60 en France, et qui stipule qu'un film ou qu'un jeu en l’occurrence, appartient à ses auteurs.

Et Ulrich va faire en sorte de toujours mettre en avant les artistes, au moins autant que le studio lui même. Leurs noms seront alors clairement affichés sur les jaquettes de jeu ainsi que dans l'écran titre.

[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II
[DOSSIER] Philippe Ulrich : l'histoire d'un pionnier français - PART II

Parfois même dans certaines publicités presse qui portaient alors les créateurs en héros. Il faut savoir qu'à l'époque, la grande majorité des studios dans le monde, fonctionnaient en total opposition avec cette philosophie. Les auteurs étaient sous contrat chez un développeur et n'avaient qu'un statut d'employé.

Les jeux développés étaient alors la propriété du studio, et non de ceux qui l'avaient réalisés. A aucun moment n'était fait mention de leur nom. Ce qui forcera certain programmeurs à contourner les règles et à insérer leurs noms au sein des jeux, comme l'avait fait l'équipe de "rescue of fractalus" chez "Lucas art" en apposant leurs initiales à l'envers sur la combinaison du fameux alien.

Loren Carpenter / David Fox / Charlie Kellner / Peter Langston

Loren Carpenter / David Fox / Charlie Kellner / Peter Langston

La force d'ERE était justement de n'employer aucun artiste mais de les faire travailler en tant que travailleurs indépendants. il n'étaient alors pas rémunérés avec un salaire, mais en royalties sur la vente de leur jeu, tout en percevant de belle avance sur le jeu, pour voir venir.

Aujourd'hui encore, les jeux d'ERE Informatique appartiennent à leurs auteurs. L'autre différence majeures, était qu'ils pouvaient alors travailler avec n'importe qui, il n'y avait aucune exclusivité envers un studio.

C’était ça, la patte "ERE Informatique", et c'est cette assurance d'un totale liberté de travail qui amènera dans les bureaux d'Ulrich autant d'artistes talentueux.

à suivre...

Publié dans LES IDOLES

Partager cet article

Bandai Namco tease Ninja Box

Publié le par Dr Floyd

Bandai Namco tease Ninja Box

Tu trouves qu'il n'y a pas assez de nouvelles licences ? En voici une chez Bandai Namco surnommée pour l'instant "Ninja Box", un truc qui fait penser à Minecraft ou Dragon Quest : "Un jeu de bricolage à très grande échelle" où notre héros Ninja, Tonkachi-Kun, à vos souhaits, pourra créer toute sorte de choses.

On ne sait rien d'autre, ni la date de sortie, ni le ou les supports, juste un site teaser. On va en savoir plus le 15 novembre.

Publié dans NEWS

Partager cet article

La Retro Game Zone de retour à Rennes le 25 novembre !

Publié le par Ulquiorra35

Retro Game Zone II, le retour ! Et ça faire très mal !

L'équipe Retro Game Zone est très heureuse de vous annoncer la 2ème Edition de sa convention qui se déroulera comme l'année dernière a cette adresse : 

Salle du Noroît 
28 Rue Charles Géniaux à Rennes 


le dimanche 25 novembre 2018 de 9h a 18h !

Le face de bouc :
https://www.facebook.com/Retro-Game-Zone-1607543062869545/

La Retro Game Zone de retour à Rennes le 25 novembre !

Vous pourrez retrouver : 
- un espace exposition,
- nos partenaires Road Cab avec leurs fabrications Bartop sur mesure, nos amis du Coffre à Pixels (boutique retrogaming à Rennes) avec leur librairie spécialisée,
- un espace tournoi,
- notre braderie spécialisée,
- plein de consoles en libre service,
- un espace PC en Lan,
- des animations enfants et adultes...

En espérant vous voir nombreux, n'hésitez pas a venir avec votre sac a dos, nos exposants seront tout à fait ouverts aux échanges !

Publié dans NEWS

Partager cet article

[APERCU] GRIP sur Switch

Publié le par Dr Floyd

GRIP
Support : Switch en mode nomade

Existe également sur PS4, XOne, Steam
Développeur : Caged Element
Editeur : Wired Productions
Sortie : novembre 2018

[APERCU] GRIP sur Switch

Pas de test à proprement dit de GRIP sur Switch, mais un aperçu rapide... en mode portable, ce détail a une grande importance.

Alors pas de doute, c'est un hommage à Rollcage (1999, PC et PS1), peut être un peu plus sombre (ambiance Doomesque), ça manque un peu de couleurs et de fun visuel, même si niveau détails c'est tout bon. Seuls les textures vues de près semblent d'un autre âge, mais qui regarde les textures à près à 500 km/h ? le jeu tourne surement aux alentours de 30 img/sec, plutôt stable. Les modes de jeux sont nombreux (jusqu'à l'arène de combat), les courses variées, les options intéressantes. Bref, rien à redire sur le contenu. Ca vaut largement les 25 boules investies pour cette version boite.

Quant au gameplay, c'est du Rollcage, certains peuvent trouver ce style un peu trop débridé, mais moi j'adore : ça file très vite, mais tout est sous contrôle, il y a le freinage, et le frein à main ;) 10 concurrents en piste, c'est du WipEout (d'ailleurs Rollcage c'est Psygnosis) sur route, en plus fun. Turbo, armes, sauts, possibilité de rouler à l'envers, etc.... C'est la grosse fête du slip ! Votre véhicule peut partir en vrille, avec des comportements qui peuvent surprendre, mais on retombe rapidement "sur ses pattes"... c'est arcade avant tout. Quel fun lors des moments qui ressemblent à la course de Pod dans Star Wars avec les passages entre canyons ! Top !  Je regrette juste que les circuits soient dans l'ensemble un peu sombres, et que certains soient vraiment trop techniques.

Et c'est là que les kéké gamers "raclette" du dimanche de moins de 40 ans vont avoir du mal... ils ont été élevé dans l'idée qu'un bon jeu de caisse doit ressembler à Gran Turismo ou Forza. D'où beaucoup de critiques négatives autour de ce jeu. l'arcade ils ne connaissent pas, et n'aiment pas. Il faut un speaker de surf qui balance des conneries 'yo man! T'es un crack du volant mec!", 1000 caisses qui ne servent à rien, des déblocages d'EXP et de Followers, un jeu froid où l'on gagne toutes les courses, sans surprise, ni injustice. GRIP C'est tout l'inverse : l'arcade, le fun, la difficulté, les courses imprévisibles ! Deux mondes s'opposent.

Petit bémol : on voit que le jeu n'a pas été pensé pour la Switch mais pour le PC à la base... pour les geeks ayant les yeux collés à 5cm de l'écran. Les textes sont tout petits ! C'est vraiment agaçant. Même le nombre de tours, et le chrono, c'est trop petit, et puis c'est pas fun (même sur PC c'est critiquable). Donc tout va bien... hélas non... car je passe du mode portable au mode TV...

[APERCU] GRIP sur Switch
[APERCU] GRIP sur Switch
[APERCU] GRIP sur Switch

Et patatra !

Je passe donc en mode TV pour amplifier le spectacle :) Et là catastrophe ! Patatra ! Le jeu parait plutôt moche et saccadé ! Vraiment étonnant que le rendu TV paraisse quasi inférieur au rendu portable ! Franchement c'est pas beau et peu jouable quand on active 10 concurrents sur la piste. Avec peu de concurrents, ou en time trial par contre ça passe. Dommage car on peut y jouer en écran partagé (c'est un vrai jeu à l'ancienne je vous le dit) ! Donc si vous prenez ce jeu c'est uniquement pour le mode nomade... Dommage. Je vais devoir investir dans la version PS4 pour tester sur grand écran. Et là j'aurai un avis définitif sur ce jeu.

Pour résumer cet aperçu, GRIP est sur le principe un super jeu de course à l'ancienne, sans la moindre concession kéké, mais jouable uniquement en mode portable sur Switch, et avec quelques fautes de goûts (textes trop petits, circuits sombres, parfois trop compliqués). Donc bilan mitigé, mais content de l'avoir acheté pour y jouer en nomade, en attendant peut-être un retour sur la version PS4.

Version PS4 (Pro)

je viens d'avoir la version PS4. Si techniquement on sent à nouveau que les développeurs ne sont pas hyper doués, c'est beaucoup mieux que sur Switch ! Les sensations sont supérieures, la fluidité largement supérieure (mais toujours pas en 60FPS avec 10 bagnoles), les textures plus fines, le gameplay devient lisible, et le jeu en écran splitté devient agréable. Un bon jeu de caisse futuriste, mais pas du tout le "game of the year" que j'espérais. Petite déception, cette licence culte méritait mieux.

Publié dans TESTS

Partager cet article

On a saboté la Switch !

Publié le par Dr Floyd

On a saboté la Switch !

Quand je vous dit que TOUT sort sur Switch, c'est tout ! Même les trucs les plus improbables et les plus poilus ! Comme Saboteur!, jeu micro 8bit de 1985 édité par Durell Software. Un jeu ZX Spectrum, qui sortira aussi sur Amstrac CPC et C64. Pour les bytos de moins de 45 ans, matez le très court trailer pour voir de quoi on parle !

Ah oui c'est hard ! Ca arrache grave ! C'est du pur ZX Spectrum style ! Un jeu d'infiltration à vraiment réserver aux anciens et nostalgiques (ou très curieux), car les jeunes risquent vraiment d'être un peu surpris par la réalisation technique ! A savoir que l'auteur du jeu original, Clive Townsend a participé à ce... "remaster", en asso avec Realtech VR.

Ca coute 7 boules, et des bonus ont été rajouté, succès, secrets, et un "filtre visuel" pour avoir un rendu donnant l'impression d'y jouer sur d'autres machines de l'époque comme la Nes, le Game Boy, l'Amiga ou même... le ZX81 ! 

On a saboté la Switch !

Amusant ! Faut-il s'attendre maintenant à voir débouler des tonnes de jeux ZX Spectrum, C64 ou Amstrad CPC sur Switch ? Surement ! Demain Jet Set Willy ?

Publié dans NEWS

Partager cet article

Super Hydorah, le shoot'em up qui manquait à la Switch !

Publié le par Dr Floyd

Super Hydorah, le shoot'em up qui manquait à la Switch !

C'est jeudi prochain que sortira enfin le fantastique Super Hydorah sur Switch, "une déclaration d'amour au shoot'em up" comme dit la pub ! Car oui, le jeu du développeur homebrew Locomalito est une bombe vidéoludique absolue pour tout fan de shoot'em des années 80, hommage fantastique à Gradius.

21 niveaux, 35 boss, solo/multi, mode "Robot Chase" (?), niveaux non linéaires, secrets, trophées, classements... un rêve vidéoludique dès jeudi prochain ! Mai sun rêve pas donné : 20 boules en démat'... mais il coute le même prix sur Steam. Impossible d'attendre une éventuelle version boite pour ce jeu, l'envie d'en découdre sera trop forte !

Publié dans NEWS

Partager cet article

[TEST] Dream Match Tennis VR / PS4 VR

Publié le par Frank Drebin

DREAM MATCH TENNIS VR
Support : PS4 VR
Développeur : Bimboosoft
Sortie : 10 Juillet 2018

[TEST] Dream Match Tennis VR / PS4 VR

2018 devait marquer le retour en force du tennis sur consoles. Australian Open Tennis en janvier et le très attendu Tennis World Tour en mai, on allait voir ce que l'on allait voir... Et on a pas vu grand chose ! Si le premier est très honorable et tient la route maintenant qu'il a été patché de tous les côtés, il lui manque un je ne sais quoi pour que le gameplay soit au rendez vous. Le second quand à lui s'est révélé une catastrophe à sa sortie et est depuis déjà tombé dans l'oubli, certains n'hésitant pas à parler d'arnaque pure et simple (bugs honteux, online très en retard, jeu sorti alors qu'il n'était prêt qu'à 20% pour coïncider avec Roland Garros!). Bref on pouvait ressortir Final Match Tennis, Jimmy Connors ou Super Tennis, voire Top Spin 4 pour les moins barbus... 

C'est dans ce contexte qu'est sorti en démat à 15€ au milieu des vacances et sans aucune communication Dream Match Tennis VR. Un plan marketing exemplaire en terme d'inefficacité, à montrer en contre exemple dans les écoles de commerce! Aucune pub, aucun test et quasiment pas le moindre petit topic dans les forums les plus connus ! Réparons cette injustice et enfilons le casque ! (Désolé pour l'absence de screenshots maison mais pour de la VR vous comprendrez...)

[TEST] Dream Match Tennis VR / PS4 VR[TEST] Dream Match Tennis VR / PS4 VR
[TEST] Dream Match Tennis VR / PS4 VR[TEST] Dream Match Tennis VR / PS4 VR

Les premières balles seront bien sur hésitantes, surtout pour doser la puissance de ses coups. Il faut aussi savoir "casser" son poignet pour trouver des angles imparables. Un gros souci : il faut de la place pour avoir une bonne envergure dans ses gestes, aller chercher une balle très bas arrive souvent et les canapés d'angle n'aiment pas ça ! Très vite on s'amuse mais façon "Club Med", on renvoit la balle gentiment et l'ordi en fait de même...

Et puis on prend le coup, on maîtrise la maniabilité et on trouve des angles ! Le PS move devient vraiment une raquette (vibrations sympas !), et chaque coup devient réel ! Aller claquer une volée au filet procure une sensation jouissive! Et au fur et à mesure qu'on s'améliore le CPU s'améliore aussi, les échanges s'allongent et la puissance des coups s'amplifie. On passe d'un set gagnant à deux puis enfin trois vers la fin, un match peut durer 2h voire plus, bien sûr on peut sauvegarder mais croyez-moi c'est dur de s'arrêter ! On VIT vraiment le jeu et on ne voit pas le temps passer. On joue au tennis sans ressentir de fatigue physique, le pied ! On peut même avec de l'entrainement donner des effets et couper la balle ! Seul le lob est très compliqué à faire, le dosage étant très dur à trouver. Enfin les différences sont bien au rendez-vous niveau surfaces, un amorti sur terre battue sera dur à aller chercher !

Voila donc, au risque de choquer je le dis clairement: ce jeu est le meilleur jeu de tennis auquel j'ai jamais joué (et je crois les avoir tous essayé depuis 30 ans). On JOUE vraiment au tennis (bon sans courir ok...) et les sensations procurées sont quasi réalistes : on sait au moment de lâcher son coup s'il sera bon ou pas, à part quelques (rares) bugs. La réalisation est basique mais on ne regarde que le court et il est bien fait (pour de la VR en tout cas). Le choix laissé dans les déplacements est génial, tout le monde peut jouer même ceux (comme moi) hyper sensibles au motion sickness. Seule la faible durée de vie et l'absence de jeu en ligne est regrettable. Enfin il faut insister quelques temps pour bien commencer à maitriser le jeu, comme en vrai quoi ! Mais pour 15€, et quand on voit les milliers d'articles consacrés à cette daube de Tennis World Tour, je me pose beaucoup de questions sur le "travail" journalistique des sites de JV qui ne testent même pas le jeu...

SUPPOS : 6/6


seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article

[RANDOM] Zelda II : The adventure of Link / Nes

Publié le

[RANDOM] Zelda II : The adventure of Link / Nes

Zelda II est sûrement le Zelda le plus décrié de la série avec Majora's Mask sur N64, décrié non pas parce qu'il est mauvais (retourne te coucher "Spirit Tracks") mais surtout parce qu'il se démarque dans son gameplay. Pourtant ce jeu est selon moi un modèle, une sorte de génie incompris qui pioche dans tous les styles de jeux avec parcimonie pour devenir un modèle de jeu complet. A moi de vous montrer ce que je vois dans ce jeu, qui fait véritablement partie de mon Top 5 sur NES.

[Lire la suite]

Partager cet article

[TEST] Bloodstained: Curse of the Moon / Switch

Publié le par Dr Floyd

Bloodstained: Curse of the Moon
Support : eShop Switch

Existe également sur PS4, 3DS, Vita, Steam
Développeur : Inti Creates
Sortie : mai 2018

[TEST] Bloodstained: Curse of the Moon / Switch

Bloodstained: Curse of the Moon est un petit projet annexe au (très?) attendu Ritual of the Night, auquel a participé le Dieu Koji Igarashi. Je ne suis pas fan de la série Castlevania... même si ici ce n'est pas un vrai Castlevania (on n'est pas chez Konami ici !). Pas fan, d'où ce test à la bourre, car je n'y croyais pas, et pourtant bordel : quelle surprise !

[TEST] Bloodstained: Curse of the Moon / Switch

Bah oui je ne suis pas super fan de Castlevania, ni en général du genre "Metroidvania" comme on dit de nos jours ! Mais celui là m'a vraiment accroché ! Je zappe le scénario, vous êtes comme d'hab un chasseur de démons. Ou plutôt 4 chasseurs de démons... car vous pourrez y jouer 4 personnages en même temps (à débloquer en avançant dans le jeu), chacun ayant bien sûr des forces et faiblesses... à vous de faire les bons choix au bon endroit, classique. Le bon choix des armes récupérées également, en fonction des ennemis qui se présentent. Donc voilà, il y a un petit côté stratégie très sympa. Seulement 8 stages (enfin "seulement", moi perso je trouve que c'est bien 8 stages), mais vous aurez forcement envie d'y revenir, car des endroits ne sont pas accessibles tout de suite. En mode normal (appelé vétéran, hu ?), vous mourrez "en vrai", avec pour seul avantage après le game-over de pouvoir recommencer le stage en cours. Comme d'hab' je vous déconseille l'autre mode, le mode vies infinies... 

[TEST] Bloodstained: Curse of the Moon / Switch

Tout cela est bien ordinaire me diriez-vous, mais très bien dosé, dans son gameplay et sa difficulté. On est loin de la raideur d'un Castlevania sur Nes ou de la difficulté d'un Mega Man. Ici, tout semble "juste" et bien pensé... Alors peut-être que les hardcores gamers trouveront le jeu trop facile ? Pas moi, je suis vieux et sans réflexes ! Mais rassurez-vous les poilus, un mode difficile se débloque, avec d'ailleurs un 9ème stage. Un pro fera surement le parcours en 2 heures, moi il me faut 10 heures LOL... De plus je suis contemplatif ! Hu ? Heu Doc on est pas dans Red Dead Redemption II !

Si si... contemplatif, je m'arrête pour admirer le jeu ! Car ce qui fait vraiment la différence dans ce jeu c'est la réalisation artistique et son pixel art de folie ! Maitrise totale de l'art 8-16bit comme seuls les japonais savent faire ! C'est ma-gni-fi-que ! C'est comme un jeu Snes "augmenté" sans le moindre ralentissement avec un petit côté Nes en même temps ! Le mélange est franchement une réussite TOTALE. Les décors sont superbes, les boss énormes et géniaux ! Sans compter une bande son parfaite. Bref, je kiffe la patte artistique !

[TEST] Bloodstained: Curse of the Moon / Switch

Si vous êtes fan de néo-rétro façon Nes ou Snes, et fan de Metroidvania, ne loupez surtout pas ce faux Castlevania ! Le gameplay est génial, bien réglé, le level design au top et les réalisations techniques et artistiques sont fabuleuses ! Rien de nouveau dans le genre, mais c'est tellement parfait ! Je ne trouve AUCUN défaut. Franchement, un des tous meilleurs jeu néo-rétro 8-16bit jamais produit !

SUPPOS : 6/6


seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article